All Good things

All Good things

d’Andrew Jarecki

Avec Ryan Gosling et Kirsten Dunst


Voici un film passé plutôt inaperçu malgré les têtes d’affiche.

Basé sur une histoire vraie, la disparition mystérieuse de la femme d’un milliardaire new yorkais, Le film déroule lentement les événements qui ont conduit à de drame, nous baladant dans l’Amérique des années 60 à 80.

Issu d’une famille ayant fait fortune dans l’immobilier à New York, David essaie de mener sa barque entre un père oppressant et une mère disparue violemment quand il avait sept ans. Par hasard, il rencontre Katie, une jeune étudiante et s’éprend d’elle. Il quitte alors le cocon familial pour monter une épicerie Bio. Le père de David fait alors pression pour que son fils rejoigne l’entreprise familiale. Le couple revient vivre à New York.

Pourtant au fur et à mesure que les années passent, le comportement de David, garçon doux et discret change. sa femme le surprend à marmonner sans raison ou il se renferme à la moindre contrariété. Malgré ses petits aléas, la vie continue.

Mais rien ne semble arrêter la lente détérioration du comportement de David qui sombre dans des phases de violence ou de mutisme. Katie ne se résoud pas pourtant à quitter son mari. Totalement dépendante financièrement de la famille de son mari, elle ne peut pas non plus divorcer.

Elle essaie malgré tout de survivre en reprenant ses études et réussit le concours d’entrée en Médecine. cette nouvelle étape finit d’accélérer la descente aux enfers.

Jusqu’au jour où Katie disparaît mystérieusement. Déclarée disparue (des témoins l’ont aperçu sortant de chez elle et dans une cabine), l’enquête est enterrée.

20 ans plus tard l’enquête est ouverte de nouveau par un procureur suite à l’apparition de nouveaux faits.

Le film déroule l’histoire de manière linéaire et suit la chronologie des événements. Les faits s’ouvrent à nous petit à petit avec un parti pris évident du réalisateur : pas de chemin de traverses mais une implacable mise en scène de la vie du couple. Cette impossibilité de nous laisser entrevoir des alternatives est extrêmement oppressante. On a l’impression de voir une bleuette, puis un thriller mais c’est juste un drame qui s’ouvre à nos yeux : celui d’une nature humaine pervertie qui détruit tout ce qu’il peut aimer.

Comme je vous l’ai dit, c’est basé sur une histoire vraie et le film ne s’éloigne pas d’un iota des faits réels. Et pourtant, on s’étonne parfois de voir cette réalité prendre des tournures complètement folles. C’est d’ailleurs cette folie qui s’insinue petit à petit qui fait tout l’intérêt de ce film : elle nous rend mal à l’aise, puis révolté, puis otage.

C’est aussi une belle manière de montrer combien la justice ne peut rien contre la puissance de l’argent et que les intérêts l’emportent toujours sur la morale.

Difficile d’en dire plus sans dévoiler les errements schizophréniques du « héros ». La performance des acteurs est excellent. Kirsten Dunst semblent se creuser et s’étioler au fur et à mesure du Film. Quant à Ryan Gosling, toujours aussi peu bavard, il réussit brillamment à jouer le monstre sous le masque de l’impassibilité.

Je n’avais pas vraiment entendu parler de ce film avant de l’avoir vu, ni des faits à son origine. malgré quelques longueurs et un peu de maitrise (c’est le premier film du réalisateur),  c’est une bonne surprise : 7/10

 

Petite remarque au passage : le titre français du film est Love & Secrets, ce qui évidemment fait bien plus français. on sent bien la volonté de nous faire gober l’idée que ce film est une belle histoire d’amour. Si c’est ce que vous recherchez, passez votre chemin.

Dernière petite chose : les musiques du film sont particulièrement réussies pour suivre en crescendo l’histoire. La n°7 est la plus réussie à tout point de vue

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.