Aquablue : Retour aux Sources

Aquablue 12: Retour aux Sources

de Régis Hautière (scénario) et Reno (Dessin)

Editions Delcourt


Aquablue est de ces séries de science fiction qui a déboulé à la fin des années 80 avec Fracas. Fruit de la collaboration du duo Cailleteau et Vatine, Aquablue flirte aussi bien avec le space opéra qu’avec l’écologie.

L’histoire se déroule sur une planète lointaine où un peuple vit en harmonie avec son environnement majoritairement aquatique. Deux événements vont bouleverser la quiétude des autochtones : un jeune humain échoué sur cette planète perdue suite à l’explosion de son vaisseau et 20 ans plus tard, une compagnie minière prêt à tout pour prendre le contrôle de la planète.

Nourris par Star Wars et Dune, les auteurs déploient tous leurs talents pour nous faire vivre cette belle aventure. On peut dire que cela a été une mission plutôt réussie. cette super production graphiquement parlant (on fit appel à des experts comme bajram pour les vaisseaux et autres robots) se termina au bout de 5 albums.

Par la suite le dessinateur quitta le navire et Cailleteau tenta de continuer l’aventure avec d’autres mais sans grande conviction (ainsi que pour leurs lecteurs).

 

 

5 ans plus tard, le scénariste a aussi jeté l’éponge et c’est un nouveau duo qui s’est installé aux manettes.

Nao, le héros a vieilli et son fils a grandi. Les humains sont toujours persona non grata sur la planète. Néanmoins plusieurs événements conjoints (une découverte archéologique, le retour de la compagnie minière) font de nouveau précipiter ce monde dans le chaos.

Le moins qu’on puisse dire c’est que je ne suis pas vraiment convaincu par ce nouvel opus.

Graphiquement, la BD est très belle.Elle l’est même trop :  le réalisme des décors est tellement poussé que cela donne un côté artificiel et froid. Cela oblige le dessinateur à épaissir le contour des personnages pour les faire ressortir face à cet arrière plan sur travaillé. Je trouve aussi que la palette des couleurs est trop sombre et rend la lecture une fois de plus moins agréable. On sent que le dessinateur a pas mal rebossé chaque case en haute définition depuis un ordinateur. La réduction du dessin au format album écrase littéralement l’ensemble. ca me fait penser à ce que pouvait faire Richard Corben à coup d’aérographe. A part qu’ici on est passé à Photoshop.

Parlons de l’histoire : de la volonté même des auteurs, l’histoire devrait s’étirer sur 5 volumes. Le premier a donc un arrière goût de mise en place du décor. On reste donc sur sa faim. Etonnemment, d’autres éléments semblent se précipiter trop vite comme le soudain revirement de la Terre quant à l’isolement d’Aquablue. Je suis toujours étonné de trouver aussi dans ce genre d’histoires des ficelles narratives aussi grosses que se servir de la main coupée d’un gardien pour ouvrir une porte sécurisée. Depuis le temps qu’on nous fait le coup, personne n’a pensé à améliorer cette faille…

Au final, une déception certaine accentuée par le fait que j’ai toujours beaucoup aimé cette série. Je pense que tout a été dit sur cette planète et son peuple. ce retour aux sources ressemble plus pour l’instant à une redite.

Une note bof bof de 4/10

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.