Céreale killer ou une attente hative d'en finir


La semaine dernière , visite mensuelle chez le docteur pour le bambin : nous sommes conviés comme d’habitude à prendre place dans la salle d’attente.

mais cette fois-ci, le purgatoire dura pratiquement une heure.  C’est bien la peine de rendre rendez-vous. Cette prolongation, nous la devons à nos amis les retraités, qui, les fêtes de fin d’année approchant, s’empresse de faire la révision des 100000, pour éviter les embûches de la bûche.

En attendant,  pour passer le temps, le choix est plus que limité :

  1. – faire 67 parties de solitaire sur son téléphone.
  2. – observer les autres personnes dans la salle d’attente avec le risque de croiser le regard d’un individu souffrant d’un déficit de communication qui vous parlera de la pluie, de ses selles ou de son caniche qui a des croutes sous les yeux.
  3. – Plonger sa main dans la pile de vieilles revues qui trône au milieu de la pièce, ce qui fut mon choix final.

Étonnant combien le choix de revues a pu se diversifier au fil des années. Il y a encore 10 ans, on avait le choix entre le Figaro Madame, Elle, et des notices indicatives sur les MST avec photo suggestives de cas d’Herpès. Plus quelques revues enfantines cathos, reliquat de catéchismes : Triolo, Strapontin…

Maintenant que des sales individus de gauche soignent aussi des gens, on trouve avec quelques plaisirs des Marianne, Nouvel Observateur ou le Courrier International.

Ca tombe bien, c’est sur cette dernière revue que mon choix s’est porté. Comble du bonheur, ce numéro n’était pas antédiluvien, genre du mois de septembre puisqu’on y causait de la très probable victoire d’Obama.

Mais venons enfin à l’objet de cet article : les crop-circles ou agroglyphe en frenchie (deux nouveaux mots pour le prix d’un), ces espèces de figures géométriques tracées dans les champs de blé.

un exemple pour appuyer le propos :

C’est vrai qu’en général ces figures sont jolies et on ne peut qu’être admiratif sur le travail accompli pour arriver à ce résultat depuis le plancher des vaches. Vous comprendrez que je ne suis pas partisan de la théorie de l’origine extra-terrestre de ces figures. Faut être Raël pour croire que des petits hommes verts dessinent ça pour savoir ce qu’il doit acheter au shoppy avant de rentrer du travail.

Pour preuve, on sait que les les aliens n’ont pas gros seins : pourquoi faire ça alors??

Mais revenons au propos principal de l’article, propos principal de mon article à moi (vous suivez?) : l’explication d’une figure géométrique tracée en juin dont le dessin, bien que finement réalisé, semblait n’avoir ni queue ni tête.

cela n’indique absolument pas où se trouvent les passages intéressants du dernier album de Bénabar. Il s’agit d’une représentation de Pi par découpage de cercle. Dit comme ça, c’est pas évident. Le schéma qui suit permet de mieux comprendre.

Balèze hein????? La somme de travail que représente cet artefact !!!!

Conclusion : y en a qui ont vraiment rien d’autre à faire !!!!

Mais j’y pense : à tous les coups, l’autre con de taupes qui passe son temps à défoncer le jardin, se pourrait-il…. Je vous laisse, je vais vérifier de puis la fenêtre de l’étage.

La semaine prochaine : comment le visage de Jésus est apparu sur une croute de fromage lors d’une fondue en 1967 dans le petit village de Saint sicetz-Catuitte.

Toutes ces jolies photos viennent du site de Lucy Pringle, qui recense l’ensemble des cercles depuis leur existence. Ce sont toujours des photos aériennes d’excellent qualité. Certaines réalisations sont vraiment magnifiques.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.