Le fond (sonore) et la forme.

Tant bien que mal, entre midi et deux, je pars faire mumuse dans une salle de sport. J’essaie tant bien que mal de m’obliger au moins à trois séances hebdomadaires, objectif hautement difficile quand on est aficionado de bon gros steaks, de nems ou de bateaux japonais débordant de poissons presque frais. Rajoutez à ça, une bonne grosse dose de feignasserie, une volonté proche du QI de Frédéric Lefêbvre et une certaine monotonie à reproduire cet acte semaine après semaine.

Pour la monotonie, j’ai trouvé une astuce : la muscu-philo !! ou comment cultiver l’esprit en améliorant son corps. Derrière ce concept hautement novateur, on ne retrouve qu’un pauvre lecteur de mp3 gavé des cours de philo de Michel Onfray à l’université populaire de Caen.

L’avantage singulier de cette formule est aussi de masquer la bêtise radiophonique déversée à coups de décibels par les enceintes de la salle. Certains des employés de la salle pense que mettre Fun-Radio permet une stimulation et une motivation plus importante (au delà du fait qu’il mette la musique qu’ils ont envie de mettre ces petits cons). Franchement la seule motivation que j’y trouve est l’envie profonde et résolue de tout péter à coups de barre de fer. Autant vous dire que cet exercice là est largement prohibé au bénéfice du muscle-fessier ou du Rameur.

Conclusion : pendant une heure je lève les bras avec spinoza,  j’écarte les cuisses avec leibniz, je fais des abdos avec Thoreau.

Mais il y a un lieu, un seul où l’hydre débilitante de Fun-Radio me rattrape à nouveau : la douche !!!! Dans les odeurs de verveine citron et de melon du shampoing et savon, une odeur de merde flotte dans mes oreilles. Et en ce moment, il y a une tendance qui me saoule bien : le remix d’une chanson qu’a rien à foutre dans un remix…

En 15 minutes de douches, deux exemples m’ont fait désespérer de la musique (j’oblitère exprès rihanna, Ekon et autres connards à voix trafiquées) :

un remix de « I love Rock’n’Roll » dont l’interprétation la plus connue est celle de Joan Jett (mais ce n’est pas d’elle) par Alex Gaudino (DJ bien connu pour son morceau « Destination Calabria » remplie de petits culs)

Et alors que je pensais toucher le fond de la douche, j’ai entendu pire :Un remix de baker Street de gerry rafferty (son solo de saxo légendaire)  par Michael Mind

Entre parenthèse, j’ai retrouvé les noms des mix grâce au net. J’y connais que dalle

Et bien je n’espère qu’une chose, c’est que ces gens soient piratés le plus possible parce que vendre de telles merdes, ça devrait être interdit :

Et vas y que je te prend un sample connu et que je salis tout ça en collant par dessus de l’électro bon pour la fête à neuneu du tuning. Ca a le mérite d’être désastreux et d’achever trop vite une douche bien méritée.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.