L’Edito du Lundi

Hello,

J’aimerais bien parler de la pluie et du beau temps ou du Week-End passé. Mais c’est pas folichon folichon entre courses traditionnelles et froid coriace. Peut-être émettrai-je quelques bafouilles en fin de parcours.

Car bien sur, l’événement principal fut la prestation télévisuelle de notre président. En toute honnêteté, je ne l’ai pas regardé. Sa vue déclenche en moi autant de répulsion et d’énervement qu’un dessin animé de Tom et jerry. Je veux bien admettre que le chat est un cruel félin mais je ne peux pas carrer cette souris qui passe quand même la majeure partie de son temps à emmerder le matou même quand il n’a rien demandé.

 

Pour faire une comparaison névrotique, on va dire que la vue du premier magistrat de France équivaut à une fourchette qui crisse sur une assiette en faïence.

 

Je ne l’ai pas vu mais j’ai néanmoins suivi son avancée grâce aux flux en temps réel des sites d’informations.

Et on pourra sans conteste dire que l’expression « tirer ses dernières cartouches » a pris hier soir tout son sens : quelques coups de feu en l’air et on verra bien ce qui retombera… Entre pipotage habituel, posture et approximation, la fine équipe gouvernementale a sorti de son chapeau de belles promesses électorales inapplicables dans un temps si court (sauf réelection bien sûr, ne venez pas vous plaindre) :

 

Mise en place d’une tva sociale qui ne l’ait pas : baisse des cotisations, hausse de la tva… Comme d’habitude, sans encadrement, les entreprises gonfleront leur marge plutôt que baisser les prix et d’absorber ainsi la hausse de la TVA. Les consommateurs seront ceux qui mangeront (sic) mais de manière inégalitaire (les plus pauvres seront plus impactés). A croire les bonnes âmes UMP, il n’y aura pas de hausse des prix. Il vaut mieux pour eux car ils nous avaient déjà entourloupés pour expliquer le maintien du taux d’intérêt du livret.

L’augmentation de 30% de la surface constructible : ayant un peu potassé les règles d’urbanisme, on peut dire que cette mesure va se heurter à bon nombre de problèmes : volonté municipale, écologie, réglementations diverses et variées. Quant à l’argument que cela permettrait une baisse des prix du logement : HAHAHA !!! Ceci dit, il est bien beau de permettre de libérer la possibilité de construire quand on sait que les prévisions de crédits bancaires pour le logement sont de -20% en 2012

Les accords de compétitivité-emploi : encore une bonne manière d’expliquer que les 35H sont à l’origine des malheurs de la France (comme toute avancée sociale si on écoutait certains). On sait déjà que des accords pour augmenter le temps de travail et baisser les salaires ont déjà eu lieu sans pour autant empêcher les entreprises de mettre la clef sous la porte.

taxation des transactions financières : voilà quelque chose que je pourrais applaudir de deux mains si on ne nageait pas en plein brouillard. A part de belles intentions, il est difficile de connaître encore les exemptions et ficelles pour éviter de passer à la caisse. C’est en plus très vilain de jouer cavalier seul sur ce coup là (byebye l’Europe). De plus la taxe dite Tobin devait être un moyen de réduire la spéculation en freinant les transactions. Ici, on en fait juste une recette en se débrouillant pour taxer un peu mais pas trop.

Création d’une banque de l’industrie : là aussi, je ne trouverais rien à redire si cette proposition avait été faite il y a un an et pas au moment où les PME se retrouvent asphyxiées. puis ça fait un peu pompé sur Hollande quand même.

Augmenter les sanctions et l’apprentissage : encore une bonne main d’oeuvre corvéable à souhait pour les entreprises.

 

Bref que du bon et de l’enfumage impossible à mettre en place à court terme sauf à faire du chantage à la réélection. Ca nous fera au moins du débat en Février quand ça va se balader entre assemblée de droite et sénat de gauche.

 

 

Pour les bafouilles, j’ai commencé à lire « les enfers virtuels » de Iain Mc banks et quel plaisir : un style fluide, prenant et non sans humour.

Sinon les visites en Supermarché sont toujours le cadre de grands questionnements :

– Pourquoi les gens persistent à remettre leur chariot sur la rangée la plus longue, qui déborde sur le passage, alors qu’à côté c’est vide?

– Pourquoi au rayon fruit retrouve t-on un lot de slip accroché près des oranges ?

– Et inversement pourquoi trouve t-on invariablement un bol de cornichons planqué au rayon chaussettes?

– Pourquoi les gens qui attendent qu’une place qui se libère se colle au milieu de l’allée pour bien bloquer tout le monde?

– Pourquoi les gens entament des discussions dans les allées toujours à l’endroit où il y a un stand au centre qui réduit le passage?

 

Allez bonne semaine…

 

 

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.