Terra Nova : saison 1


Nous avons eu droit hier au final de la saison 1 de Terra Nova avec un double épisode.

Cette série était beaucoup attendue par certains car produite par Steven Spielberg.

Comme de bien entendu, une fois la série démarrée, ce sont surement les mêmes qui se sont joints au concert de critiques virulentes : c’est niais, manichéen, cucul, ennuyeux.

C’est assez triste qu’une société considère comme dépassées les idées de gentillesse, d’humanité et d’universalité. L’idée même de bonté paraît même insupportable pour les quelques critiques que j’ai pu lire. Horreur !!! Des personnages gentils alors qu’il ne faut aspirer qu’à fourberie et mensonge.

Bon avant de remettre le couvert, j’ai failli oublier de vous expliquer l’histoire : 2149, la terre est à moitié crevée, rongée par la pollution et la surpopulation. Des scientifiques ont réussi à ouvrir un tunnel vers le lointain passé de la terre, 85 millions d’années en arrière. Des colons y sont envoyés afin de construire une nouvelle civilisation à partir de la base Terra Nova. La famille Shannon , un père policier, une mère scientifique et leurs trois enfants sont du voyage. Par contre le voyage en sens inverse est impossible

Nous découvrons alors une terre peuplée de dinosaures (une terre parallèle en fait) où tout reste à construire et découvrir. Bien entendu, tout n’est pas rose dans cette jungle. Quelques gros sauriens ont de gros appétits mais c’est surtout une troupe de rebelles, les sixers (car issus du 6ème pélerinage) qui pourrissent un peu l’ambiance à manigancer et à piquer du matériel. On sait aussi que quelque part se cache le fils du commandant de Terra Nova, un scientifique qui passe son temps à couvrir les rochers de formules mathématiques.

Voilà pour le décor.

Pour répondre aux critiques, il faudrait quand même dire que loin d’être manichéen, les soit disant méchants ne le sont pas sans raison. ils ne sont souvent que les instruments malgré eux de sociétés à but lucratif qui tente de contrôler Terra nova. Les gentils ne sont pas non plus tombés de la dernière pluie et mettent souvent leur intérêt au premier plan. Le conflit entre préservation de la nature et intérêt économique rentre en scène discrètement.

Oui, c’est une série gentille, quelque peu superficielle. Mais ça me met de bonne humeur de regarder une série où l’optimisme et la ferveur sont des qualités mises en avant

Je ne m’étonne qu’à moitié de retrouver comme scénariste René Echevarria qui avait travaillé sur Star Trek Next generation et Deep Space Nine. On retrouve beaucoup de ces deux séries dans Terra Nova : un espace inconnu à conquérir, une cité entourée de danger (la station spatiale de Deep space nine), une répartition des tâches éprouvées (le scientifique, le commandant, le responsable de la sécurité) et surtout l’esprit humaniste des séries de Guy Rodenberry, le créateur de Star Trek.

cette série reste dans la tradition américaine de la nouvelle frontière.

Chaque épisode raconte une histoire qui apporte sa pierre à l’édifice. Les scénarios semblent parfois convenus mais la modestie naturelle de la série fait largement passer la pilule. Les personnages sont plutôt attachants sans être vraiment pourvus d’une forte personnalité. Néanmoins, il gagne en maturité au fur et à mesure. Les personnages les plus réussis sont bien entendu le flic jim Shannon, fin limier mais souvent dépassé par tout ce qui est technologie (un peu comme le shérif Carter dans Eureka) et le commandant Nathaniel Taylor, un militaire plutôt intègre (et pourtant on en doute à chaque épisode, certainement à cause de son rôle de méchant dans Avatar).

Voilà ce que je peux en dire sans vous en révéler trop.

Au cas où vous ne l’auriez pas compris, j’ai bien aimé cette série qui sortait de l’ordinaire en me rappelant l’époque où j’enquillais du star trek à la pelle.

Il n’y a plus qu’à espérer qu’elle soit renouvelée.

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.