The IT Crowd

Comme précédemment annoncé, j’ai récupéré la série « The It Crowd » et j’ai commencé à la regarder hier soir

Bilan : j’ai du me faire violence pour m’arrêter après deux épisodes tellement l’envie d’enquiller toute la série me taraudait. Vous aure évidemment compris que j’ai beaucoup aimé

ROY

Comme les précédentes créations de Graham Linehan, la dramatique se construit autour d’un vase clos, un microcosme où l’extérieur intervient peu. Après l’intérieur vieillot d’un presbytère, les recoins poussiéreux d’une bibliothèque, nous voici propulsé au coeur de l’équipe de support informatique d’une grande entreprise londonienne. Propulsé n’est pas le mot exact puisque l’action se situe aux derniers sous-sols du bâtiment où Ross et Moy assure l’assistance informatique aux personnels. C’est encore là un bien grand mot. Quand il daigne répondre c’est pour demander « est que vous avez éteint et redémarré ».

Méprisés par les autres employés qui ne leur parlent que le temps d’une réparation, Ross et Moy se moquent facilement de l' »inculture » informatique de leurs collègues.

Ils sont le condensé des travers des geeks, no life et autres nerds qui hantent ce genre de services. inadaptés sociaux, immature, toute leur journée ne tend que vers un seul but : en faire le moins possible et philosopher dans le vide.

Derrière cette uniformité, chacun a ses propres travers :

MOS

Roy est plutôt geek, fainéant, d’une hygiène douteuse et a tendance à s’exciter très vite en hurlant d’une voix aigüe. Il a toute une collection de t-shirts qui sont autant d’allusion à la culture geek. C’est le moins asocial des deux car il arrive à communiquer avec d’autres personnes.

Mos est le nerd du couple : plutôt calme et discret, il a tendance à parler tout seul, à se lancer dans de grandes expériences inutiles. D’une logique extrême, il est pourtant incapable de résoudre les problèmes bassement quotidiens : il enverra un mail au pompier plutôt qu’éteindre par lui-même un incendie. sa tenue vestimentaire est la chemise rentrée dans le pantalon, le pull jacquard et les grosses lunettes.

Pas de duo sans un trio avec Jen, leur responsable. Inculte en informatique, elle a été catapultée dans le service à cause d’un CV trafiqué où elle étalait des connaissances dans ce domaine. Menteuse, obnubilé par les chaussures, désireuse d’être reconnu dans la société, elle tente de survivre en espérant quitter un jour le sous-sol.

Au dessus du lot, très au dessus, on trouve Deynholm Reynholm, fondateur et PDG de la société, tyrannique, égocentrique et pétri de grandes pensées stratégiques sans queue ni tête.

N’ayant vu que deux épisodes, je ne pourrais pour l’instant vous causer de l’évolution de cette série.

Elle reprend les ressorts comiques des séries anglaises : satire et caricature à outrance, situation ubuesque et délicate et un non-sense à toute épreuve. Il n’y a eu que quatre saison de six épisodes.  C’est donc très vite plié.

Inutile d’être un expert en informatique pour regarder cette série même si les clins d’oeil et références sont nombreuses.

Les épisodes trainent sur Youtube et DailyMotion en Vo sous titrée.

 

Leur bureau

 

 

Le générique

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *