Un Clavier discret

Bon, ça y est le match France-Angleterre est fini. Après cette bonne humeur matinale, il est temps de causer d’un truc que j’ai vu hier dans le fil des commentaires d’un site.

Ce sujet concerne la chose qui me permet de taper présentement ce texte. Non je ne parle pas pas de mes doigts boudinés aux ongles atrophiés par le stress. je ne parle pas de mon esprit supérieur bouillonnant de sujets aussi divers que la copulation des scarabées et des canettes de bière.

Non je vous parle ici du clavier, cet assemblage de plastiques rigides agencés subtilement de manière à favoriser la saisie rapide de textes. Quand je dis rapide, c’est un peu exagéré. Depuis 25 piges que je tape là-dessus, je n’ai jamais dépassé le seuil de deux doigts actifs sauf quand mon petit doigt pris de frénésie rebelle s’aventure vers la touche Entrée.

Je frémis parfois quand mes yeux quittent la surveillance assidue de mes doigts tressautant pour s’aventurer vers l’écran, les laissant libre d’accomplir leur devoir typographique. Mais très vite le naturel cauchemar revient au galop : les doigts se cognent, s’entremêlent, et lek texet devnient ilsliisible.

J’ai toujours cru que la clavier Azerty avait été super pensé pour une saisie rapide et optimisée pour les Français. En fait, on a juste interverti les lettres QW et AZ avec le clavier anglais. Et que ce même clavier anglais n’a été conçu que pour harmoniser la frappe sur les machines à écrire pour éviter l’enchevêtrement des bras mécaniques permettant la frappe des lettres. On a éloigné les lettres de manière à ralentir la frappe. Autant dire que cette condition étant obsolète, on se devait de repenser tout ça

C’est pourquoi plusieurs recherches ont été faites depuis pour rattraper le coup avec plus ou moins de succès; surtout moins, vu que notre ami AZERTY est toujours là.

Je vous renvoie pour plus d’infos vers ce petit lien qui vous explique tout ça pour l’AZERTY et August Dvorak qui a repensé la question de l’optimisation du clavier dans les années 30.

Étonnamment, c’est sur un fil de commentaire que j’ai entendu reparler du sujet. Entre les remarques de fanboys, les point Goodwin, les trolls et les ayatollahs de l’orthographe, voilà ti pas qu’un internaute moins con que les autres a glissé cette information : le BEPO.

le BEPO est le clavier le plus optimisé pour une saisie du Français :

– on a rassemblé les lettres les plus usuelles sur la ligne de repos (en gros la ligne du milieu du clavier).

– Toutes les voyelles sont à gauche.

– Les lettre accentuées sont directement accessibles sur le clavier.

– Plein d’autres trucs pas cons : une touche pour le e dans o, de vrais guillemets

Par exemple, ils ont eu l’intelligence formidable de regrouper les (),[] et autres {} ensemble. Fini de jongler comme un débile entre altgr+5 et altgr+° pour mettre des parenthèses. Je n’avais jamais remarque lé crétinisme du positionnement de ses touches vous obligeant à une gymnastique du pouce et de l’index à vous faire péter les tendons en moins de deux.

Pour vous donner une idée voilà ce que ça donne :

 

Balèze non?

Mais bizarrement, je pense que tout le monde s’est habitué à la souffrance du clavier Azerty pour ne plus se prendre la tête même s’il s’agit d’améliorer sa frappe. Cela fait partie du lot des petites douleurs masochistes du quotidien. Un jour je vous parlerais du manche d’aspirateur télescopique : cette saloperie qui ne supporte pas la moindre pression et qui éprouve un malin plaisir à se rétracter toutes les 20 secondes.

 

Pour ceux qui sont intéressés par l’histoire de ce clavier, vous pouvez faire un tour ICI

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.