Awake

C’est toujours un exercice périlleux de regarder le pilote d’une nouvelle série.

– Si celui-ci est nul, vous avez perdu votre temps

– Si celui-ci est bon, vous prenez le risque que la série ne dépasse pas le seuil de cet épisode unique.

 

C’est peu le pari fait hier soir avec Awake.

Cette série nous raconte l’histoire d’un inspecteur de police, Michael Britten, victime d’un accident de la route dans lequel il perd son fils.

Nous le voyons donc essayer de reprendre le cours de sa vie entre une hiérarchie qui doute de ses capacités, une femme qui combat son deuil en réhabilitant leur habitation à coups de pinceaux et des séances chez le psy.

Mais au lieu de dire un psy, on devrait dire deux psys car Michael Britten, dès qu’il ferme les yeux en se couchant se réveille dans une autre réalité où son fils a réchappé à l’accident mais où sa femme est morte. Le soir suivant, c’est le scénario inverse qui s’accomplit.

 

Dans chacun de ces mondes, notre policier reprend ses enquêtes, sort avec sa femme, accompagne son fils à des matchs de Tennis. Cette continuité lui permet de continuer à vivre sans connaître le deuil. A part les psys, seule sa femme est au courant de cette situation mais n’y voit que des rêves et non une réalité. Pour Michael, au contraire, pas question de remettre en cause cette dualité par un quelconque traitement : il va aux séances de thérapie car sa hiérarchie l’y oblige, point barre.

Cet état de fait n’est pas sans conséquence sur son travail où chacune des enquêtes des deux mondes semblent s’interfacer.

Mais là n’est pas le principal intérêt de ce pilote. Le côté le plus croustillant restent les tentatives continuelles des psys pour expliquer que leur monde est bien réel et non l’autre. A coups d’explications de déni, de rêve éveillé et autres poudres aux yeux thérapeutiques, chacun s’évertue à donner un sens au trauma du policier. Certains effets de manches sont d’ailleurs bien trouvés et il m’a fallu à deux fois pour comprendre leur subtilité. 

Seule constance des deux mondes, Michael ne se rappelle pas des circonstances de l’accident.

Pour le reste, c’est bien interprété et la série s’accommode d’un déroulement tout en douceur. Reste à voir comment une bonne idée de départ survit après plusieurs épisodes.

Prochain épisode le 8 avril.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *