Spirou 52 : La face cachée du Z

SPIROU 52 : la face cachée du Z

Que je suis content même très content. Après les errances de la période Morvan, on n’espérait plus grand chose de la série Spirou. On a bien eu droit à quelques excellents one shots. Mais là encore, le dernier album signé trondheim et Parme me faisait craindre le pire : un mélange de burlesque marx brothers/Blake Edwards qui tombait à plat

Le nouveau duo à l’oeuvre depuis l’épisode n°51 était très prometteur. ils avaient préalablement commis le premier hors série « les géants pétrifiés » en 2006 : une grande réussite en terme de dynamisme, d’humour et tout simplement d’aventure. je pense que cela a été un examen de passage réussi pour les éditions Dupuis parmi tous les repreneurs potentiels de Spirou.

On est à la fois dans le veine de l’indétrônable Franquin et dans celle du duo Tome et Janry en que qui concerne la modernité du propos. Les deux auteurs ne sont pas très connus : Vehlmann est un scénariste prolifique et touche à tout. Yoann est surtout connu pour une série très originale « Toto l’ornithorynque » bande dessinée plutôt destinée à un jeune public.

Quant à l’histoire de ce 52ème album il reprend un peu l’aventure inachevée de Zorglub avec la lune dans le 15ème album (« Z comme Zorglub ») dans lequel ce dernier tente de faire de la Lune un support publicitaire et se vautre en écrivant à l’envers le slogan.

Cette fois ci Zorglub voit grand et invite Spirou, fantasio et le comte de Champignac à visiter son « Lunapark » très Futurama . Bien sûr tout cela va finir en fiasco total entre un zorglub rattrapé par ses vieux démons et des milliardaires usant de leurs privilèges pour assouvir leur moindre désir.  C’est rigolo, moderne dans le trait et dans les personnages (ah zorglub et ses suédoises : mais où est donc le très catholique Dupuis !!) notamment avec une espèce de clone de Bill Baroud où chacune de ses phrases mémorables renvoie vers un faux album.

Certains crieront certainement au scandale une fois de plus, à la trahison de l’Héritage avec un grand « H », se gargariseront de  la prétendue vulgarité de l’histoire ou de l’inexistence du scénario. Je suis d’accord que l’histoire est sous exploitée par certains aspects ou mal amenée (le coup des radiations qui partent aussi vite qu’elles arrivent) mais au moins ça ne se prend pas au sérieux. Cela fait carrément penser au premier album de Tome et janry « Virus« , c’est pour dire

Allez moi je lui mets un bon 7/10 pour la peine

Petit détail en passant : l’album est sorti sous une version normale et collector (au même prix). il sortira aussi en version deluxe avec 20 pages en plus.

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.