Archives de catégorie : Actualités

ravalement 2

Le travail d’amélioration continue son bonhomme de chemin…

  • Le menu a été amélioré pour accueillir des rubriques plus structurées. Des nouvelles se rajouteront au fur et à mesure des nouveaux articles et de la reclassification des anciens.
  • J’ai privilégié une visibilité restreinte mais plus lisible sur les derniers articles en accueil du site : image + titre + début de l’article.
  • La couleur du site a été modifiée pour passer de vert à rouge. La barre de droite adopte un couleur grise légère
  • J’ai viré le logo du site en attendant d’an refaire un plus clean et plus sympa.
  • Pour finir, j’ai mis en place à titre d’expérimentation une mise en avant de certains articles par le biais d’un diaporama. Je vais certainement le faire évoluer pour qu’il occupe la longueur du site (ou pas). En fait, je suis en attente de vos retours.
  • Les titres des articles ont été agrandis et les liens vers l’article précédent/suivant ont été mis en valeur.
  • Plein d’autres petit trucs mais j’ai oublié

 

Voilà. Le site poursuit lentement sa mutation en espérant que cela plaise au plus grand nombre

Maintenant que cette phase est pratiquement achevée, je vais pouvoir recommencer à écrire un peu plus.

 

Bon Week-End 🙂

 

 

 

Share Button

Ravalement

Vous avez du remarquer quelques changements dans  la présentation du blog depuis hier.

 

– Je suis repassé en mode une colonne. je le trouve au final plus lisible pour les articles.

– Dans cette colonne unique, j’ai viré, tout ce qui était inutile pour ne garder que l’essentiel.

– Les commentaires et les articles les plus vus ont été regroupés dans le même widget (image à droite).

– Pour les bouquins lus, on arrive direct sur ma critique en cliquant sur la couverture (si critique il y a).

– En ce qui concerne la liste des articles, j’ai privilégié une vue en liste avec un résumé.

 

Tout ceci n’est pas définitif et je suis bien sûr ouvert à toute proposition.
En attendant, je vais m’attaquer aux catégories trop fourre tout à mon goût

Pour finir, demain, je proposerai un autre thème que j’ai testé. A vous de me dire si vous le préférerez à l’actuel.

 

 

Share Button

L’Edito du lundi

Je suis super à la bourre !!

J’en entends déjà grogner : « oui l’Edito du lundi, c’est n’importe quoi!! La dernière fois c’est tombé un mardi. Et cette fois-ci, on y a droit à l’heure du repas!’

Et bien Patrick (oui ce sera Patrick), tu vois, j’ai aussi une vie et un travail qui me prenne beaucoup de temps. Je dois résoudre des problèmes graves, des gens comptent sur moi. Encore aujourd’hui, j’ai du affronter un souci d’archive log Oracle de la pire espèce et me battre avec Logminer (qui a gagné). Pas plus tard que ce matin, j’ai du redresser la cabane à oiseaux dans mon jardin qui lentement déclinait pour cause de sol spongieux.

Alors Patrick, un peu de compassion et de retenue dans tes menaces. Oui, Patrick, tu n’est qu’un gougnafier sans style et sans envergure. Alors, retourne sur tes pas, reprends ton chemin et va donc affronter la vraie vie en te gavant de corn flakes!!

Pardon Patrick, j’ai tardé car je n’avais rien à dire ? Mais Patrick, mais…. mais ça suffit là !!! Tu crois que c’est si facile de choisir un sujet, un angle d’attaque susceptible de convaincre mes lecteurs. Le monde avance, le monde mute, la mat mute !!

Regarde tous ces sites attaqués par des horde d’Anonymous. On croirait que c’est devenu l’apanage des plus grands de se faire attaquer. On se bat carrément pour titiller le hacker et jouer à la pucelle effarouchée après. Qui sera la prochaine cible à l’ouverture de la grande gueule du même pas peur et que j’ai un super Firewall sur ma page Facebook. Il faudra attendre que Michael vendetta se prononce.

Alors Patrick, je vais laisser la parole à notre responsable éditorial qui fait aussi office de médiateur

Et bonne semaine !!!

 

Share Button

L’Edito du Lundi

Ce Week-End fut l’occasion d’une escapade sur mes terres natales (pour ça que je n’ai rien foutu).

L’actualité a continué à tournebouler entre Triple A et bateau qui coule (Tiens Titanic 3D est déjà sorti au cinéma?). Comme l’eau dans la brèche, les opportunistes politiques n’ont pas tardé à arriver, entre les prophètes de leur temps, les annonceurs d’apocalypses et les opportunistes mielleux et fielleux. Je vous laisse mettre dans les cases qui de droit : Marine le Pen, Bayrou, Allègre,etc.

exemple de direction assistée trop sensible

Bizarrement, c’est la mort de Rosy varte qui m’a le plus marqué.

Rosy Varte, c’est avant tout l’actrice qui a joué Maguy dans la série éponyme de 1985 à 1993. C’est l’époque dorée où les soirées étaient rythmées dans le confort d’un peignoir de bain par la diffusion des benny Hill, Cat’s Eyes et autres rendez-vous télévisuels.

La diffusion de Maguy a traversé la rigueur post-socialiste, le première cohabitation, Mitterrand 2 et la dégringolade de 1993.

Bon Sang !!! Boissier Maxi-Discount a perdu son triple A !!

En ce qui me concerne, cette période a été marquée par la fin d’une enfance insouciante et les angoisses de débouler sur un marché de l’emploi sans avenir.

Maguy, c’est un peu l’histoire d’une bourgeoisie en plein doute : elle a eu peur des socialistes et en même temps ce sont eux qui ont libéralisé l’économie (fin du contrôle des changes, création du marché à règlement mensuel, du second marché et du MATIF). Elle voit débouler une nouvelle génération d’entrepreneurs aux dents longues (Bernard Tapie) qui l’oblige à repenser son modèle économique ( Georges Boissier fait du discount).

C’est une période traversée de soubresauts avec son Krach boursier de 1987 et sa crise monétaire de 1993 qui sont autant de témoins des effets déjà néfastes de la dérégulation des marchés monétaires et financiers.

C’est le chômage et la croissance qui joue au yo-yo au gré du vent américain. Ce sont aussi les économies communistes de l’Est qui s’effondrent et la réunification allemande qui s’engage, en contrepartie d’un serrage de ceinture pour de nombreuses années

 

Le parallèle avec la période actuelle est assez troublant : une période de doute et de chômage, de crise monétaire et d’effondrement de nations. A la différence prêt que la télé nous propose « Plus belle la vie » comme expérience sociale télévisuelle.

Dans les journaux, on oppose ces deux périodes à coups de Génération X et de Génération Y, les premiers traitant d’égoïstes, pressées et autres remarques dignes d’une génération rentrées dans celle des vieux cons donneurs de leçons.

Je ne me suis jamais senti plus d’une génération que ça par méfiance (évitons la récupération) ou parce que l’histoire ne se résume pas à un saucissonnage de circonstance. Comme tout le monde je suis porté par mes petites ambitions avec des grands idéaux de justice et de solidarité. Ces convictions ont tendance à finir étouffer sous l’égoïsme de mon confort et la lâcheté mesquine à vouloir agir. Mais de micro résistance en micro résistance (dans le bons sens comme dans le mauvais sens), j’ai du mal à savoir vers quel côté penchera la balance.

Mon fatalisme me ramènera toujours vers l’entropie et l’évolution inéluctable d’un système vers sa propre perte.

 

 

Share Button

L’Edito du lundi

Sentez-vous ce vent de liberté qui souffle en ce moment sur la France?

Liberté de récupérer les vieux symboles frontistes pour se faire mousser sur sa droite : Ca fait longtemps que l’UMP s’est fait dépuceler sur les thèmes identitaires et xénophobes. Il est temps de se faire une virginité auprès des électeurs cathos intégristes.

 

Liberté dans les élans sociaux retrouvés miraculeusement à quelques mois des élections présidentielles. on déterre les cadavres qui vont bien : taxe Tobin, TVA sociale. Ce sont autant de sujets qui n’ont comme dénominateur commun d’être balancé sans concertations, ni réflexion, ni subtilité. Pour contrer la gauche et le spectre de Vilvoorde (« l’état ne peut pas tout »), on vole au secours de SeaFrance alors que les ex-emplyés préfèrent garder leurs billes face à des syndicalistes margoulins.

 

Et pour finir, un vent de liberté souffle dans les crânes vides des rats qui quittent le navire : Christine Boutin qui fait semblant de pour mieux revenir, Douste Blazy pour refaire parler de lui, Ancienne star du Web pour cause de promesses électorales non tenues.

 

Les seuls pour qui le vent a vraiment soufflé ont été Loïc Peyron qui bat le trophée Jules Verne en 45 jours 13 heures 42 minutes et 53 secondes et FREE qui n’en finit pas de souffler sur le feu du Buzz à coups de fusée ASCII et de grand mère du Cantal.

La liberté c’est bien mais ce Week-End, ça caillait et je suis resté au chaud à la maison. Pour moi la liberté a consisté à imaginer des agrandissements à ma maison trop petite pour mon fils grandissant et mon bordel exponentiel. Pour ceux qui se lancent dans l’aventure du tracé de plans, je vous conseille chaleureusement le logiciel Sweet Home 3d, qui allie facilité d’usage et une gratuité totale.

Poussant les cloisons, je rêve d’une liberté entre quatre murs.

Bonne semaine.

 

 

Share Button

L’Edito du Lundi

Allez dernière ligne droite avant l’Apocalypse.

J’espère que le réveillon de Noël s’est bien passé et que vous avez été gâtés.

Pour les plus veinards, les vacances continuent ou débutent. Pour les autres, dont votre serviteur, c’est le boulot qui reprend mais avec les bouchons en moins.

Plutôt que de partir dans de longues considérations politico-philiosophiques, je vais vous causer d’une nouvelle révélation que j’ai eue ce matin. Vous n’êtes pas sans savoir que je voue une véritable admiration pour la danse de Carlton dans le Prince de Bel-Air. Sur une bande sonore de haute qualité (It’s unusual de Tom Jones) Carlton Banks trémoussait son popotin l’accompagnant d’un mouvement de balancier des bras.

Cette chorégraphie a marqué les esprits de toute une génération qui ne manque pas d’en reparler avec nostalgie, les yeux embués, à l’heure du digestif d’une soirée bien arrosée. Pour les plus amnésiques d’entre vous, voici la compil qui fait mal:

 

 

Bon, ne me dites pas que cela ne vous rappelle rien. Non? Bon les deux du fond, vous pouvez sortir. Pour les autres je vais révéler le grand mystère…..

Carlton Banks n’a pas du tout inventé cette danse. L’acteur Alfonso Ribeiro a reconnu avoir piqué la chorégraphie en voyant un clip de Bruce Springsteen où ce dernier ce déhanche accompagnée par une Courtney Cox toute jeunette.

La preuve en image. Ca se passe en 1984 :

 

 

Putain mais où va le monde !!!!!

Share Button

L’Edito du Lundi

dernière ligne droite avant Noël.

Pour les quelques procrastineurs, il est encore temps d’aller se ruer dans les galeries commerciales pour acheter les cadeaux : que choisir pour sa son père, sa mère ou sa soeur surtout quand vous partagez la même chambre.

Immanquablement, pas mal de mes lecteurs vont partir en vacances ou être occupés à d’autres tâches, ce qui fera d’autant chuter mes statistiques de Décembre. Je ne vous en veux pas, du moins pas beaucoup. J’avais commencé à acheter des tee-shirts pour faire une équipe de rugby patatozor. Il ne me reste plus qu’à monter une équipe de basket…

Moi-même, je vais surement passer plus de temps à m’empiffrer ou à glander ce qui me poussera moins à sévir sur le Site. peut-être que Groovy aura vu un film avec des loutres vampires contre des Pingouins électroniques ou un Chien qui ressemble à Barry White. C’est un combat de tous les jours pour dégotter du contenu au risque de finir comme un pauvre site abandonné par tous.

J’aimerai pour ma part trouver un petit sujet pour démarrer une série de strips comiques. mais je n’ai pas encore trouvé un sujet accrocheur. Je vais vous éviter les aventures de Paul le caillou.

Ou de l’univers merveilleux du support des applications informatiques hospitalières.

Je suis preneur de toute idée ou défi en la matière.

Pour le reste tout est dit : le monde semble assurer l’équilibre du pouvoir : pour un dictateur qui meurt, on a un démocrate qui décède.

Dernière petite chose qui mérite d’être dite. hier soir je suis tombé par hasard sur un reportage très intéressant sur le manuscrit de Voynich. C’est un mystérieux ouvrage dont personne n’a pu encore déchiffrer le langage utilisé. Son propos nous reste donc pour le moment totalement hermétique ainsi que son origine. Si ça vous intéresse, il vous reste 7 jours pour visionner le reportage sur ARTE.

Share Button

L’Edito du Lundi

C’est lundi tard, c’est l’édito.

Plus nous nous enfonçons dans les délices du froid presque hivernal, plus la morosité nous gagne. Je remarque aussi que Noël, loin de réchauffer les coeurs alentours plongent encore plus les gens dans la déprime. 2012 s’annonce tellement youpi tralala que tout le monde hésite à claquer du pognon.

D’ailleurs, cette année c’est décidé, les cadeaux c’est pour les enfants. tant pis pour les parents, les tatas, les grands parents. D’ailleurs même ma femme s’en passera ; elle se sert même pas ou si peu de l’autocuiseur de l’année dernière (note : c’est un exemple fictif. Avant qu’une certaine personne ne s’emballe, je n’ai jamais offert d’autocuiseur à ma femme. Pour preuve, elle ne s’en sert pas…).

 

Aucun rapport. C'est juste que ma tablette trainait pas loin. Et voilà...

Pour le petit dernier, ça sert à rien de lui offrir un jouet. A 1 ans, il ne voit pas la différence entre une girafe en plastique et un morceau de chambre à air.

Et l’autre andouille qui a 15 ans, à toujours dire qu’il n’est plus un gosse, au moins il viendra pas se plaindre qu’on le considère plus comme un adulte.

 

De toute façon, on fêtera Noël une semaine après la date officielle. Ca nous laisse le temps d’avoir de bon prix grâce à la bande de faux culs qui revendent leurs cadeaux sur Ebay.

 

la solution, c’est peut être le cadeau fédérateur qui sert à toute la famille, genre une Xbox 360 ou playstation. Mais ça fait des frais en plus. Au bout d’un mois, vous êtes obligé de racheter une autre télé car tout le monde se bagarre pour squatter l’écran.

Autre cadeau pour toute la famille : un toutou ou un chat. Là aussi, c’est mignon un mois. Bizarrement, ça devient l’animal de personne quand il s’agira de le sortir pour pisser ou de changer la litière. En plus entre l’autoroute et la voie de chemin de fer, l’animal va durer moins longtemps que les piles d’un jouet électronique. On laisse tomber.

 

Heureusement pour nous tous, le marketing a pensé à nous en multipliant la liste des cadeaux pas chers et qui ne demandent aucune réflexion : la boite cadeau. Elles envahissent les stands de noël comme l’acné se propage sur un ado : boite à questions sur tout et n’importe quoi, séjour clés en main pour une thalasso ou une course de poneys, calendrier vous égrainant des conseils à la con (365 astuces pour être sexy, 365 façons d’accommoder les tripes…). C’est à la limite vexant quand on vous offre la boite « 1001 recettes pour épater vos amis ».

On n’en a pas fini avec ces boites cadeaux.

– 1001 façons d’attraper des mycoses.

– Comprendre la physique quantique en 10 leçons.

– Réalise toi même la cathédrale de chartres avec des spaghettis.

– Construis toi même ton porte avions.

Les étalages des magasins ressemblent à une partie de Tétris.

Allez bonne semaine !!!

Share Button

L’Edito du Lundi

Salut les gens

Je ne sais pas pour vous mais je vis une journée de merde.

Je ne sais pas si c’est du au couperet du froid et de la flotte qui est arrivé ce week-end ou une envie de bosser équivalente à celle du responsable divertissement d’une communauté trappiste mais tout me parait fade et insupportable

Me lever a été pénible : « j’y vais ». « je compte jusqu’à 112 j’y vais ». « Merde j’en étais où? Je recommence ».

Me préparer a été pénible. Chaque geste et action m’a fait ressentir l’inéluctabilité des événements qui remplissent ma journée : toujours les mêmes gestes comme dirait l’autre.

Ce qui fait qu’en arrivant au travail, j’étais plutôt maussade; et rien de ce que j’ai pu entreprendre n’a pu améliorer cet état de fait, au contraire.

 

Heureusement pour mon ego, je ne suis pas le seul dans ce cas :

– il y a les possesseurs d’alerteurs radars qui se retrouvent avec une boite à meuh inutilisables.

– Il y a DSK qui ne peut plus aller acheter son journal en coupant par les bois.

– La Transnistrie n’a pas d’amis, pas d’ambassade et pas de pays d’ailleurs.

– Certains ont abimé leurs voitures.

 

– Certains se font chier sur Facebook.

– On ne propose plus de pubs sympas à Alain Delon

 

 

– Où sont les duos d’antan?

Je suis tellement motivé que j’ai même du mal à termin…

 

 

 

Share Button

L’Edito du Lundi

Oyez, Oyez braves gens voici poindre l’édito du Lundi!!!

Avec les baisses de température, l’actualité semble elle aussi se figer avec une baisse de la qualité.

En France, notre bien aimé président et ses troupes ont lancé l’offensive contre la menace rouge qui menace notre pays. L’hydre bolchevicolo (appelé aussi la coalition pastèque) frappe à notre porte pour le plus grand malheur de notre pays. Le président l’a dit : les socialos au pouvoir, c’est le retour à l’âge de pierre, à la peste brune, et des épisodes de Thierry la Fronde tous les jours sur la télé en carton (bin oui, il n’y aura plus d’électricité). Il n’y aura plus d’avions non plus, ni de robots (c’est foutu pour Terminator) et les usines disparaitront de notre beau paysage. Conséquence immédiate : les français plus habitués à un air chargé en Co2 et métaux lourds se trouveront dans un état euphorique, ce qui les rendra impuissant à contrer l’invasion conjointe des immigrés islamistes et d’Angela Merckel.

Car bien sûr baisser la part du nucléaire de 75 à 50%, c’est inévitablement diminuer le nombre de centrales. Dans une mauvaise foi arithmétique la plus totale, notre survolté premier notable omet de signaler qu’une baisse relative équivaut aussi à une augmentation des autres sources d’énergie. A taille égale du parc nucléaire, augmenter les autres sources entraine une baisse de la part du nucléaire.

On sait pertinemment que l’accord potentiel avec les verts s’étalent tellement dans le temps qu’il permettra de juguler les fermetures (on parle de deux fermetures d’ici 2017)  en accord avec les besoins en énergie et la montée en puissance des autres sources. On sait aussi que la chasse au gaspillage reste la principale solution pour améliorer notre indépendance énergétique.

Voici pour la grosse artillerie  avec une très belle salve de notre président (qui tient plus d’un discours d’un candidat non déclaré que d’un président ceci dit) mais les seconds couteaux n’étaient pas loin.

Après le flirt avec secteur industriel, Claude Guéant flirte avec la peste brune : Et que ça veut baisser l’immigration régulière : rendez vous compte, chaque année on est obligé de construire deux villes comme Perpignan pour les accueillir. Et que ça ne veut pas que les immigrés votent en France pour éviter des maires salafistes en Seine Saint Denis : comme si des maires avaient besoin d’une étiquette religieuse pour faire n’importe quoi dans leur commune. C’est aussi un peu oublier qu’il y a un truc en France qui s’appelle la Loi ou la constitution.

heureusement que Vladimir Poutine est là pour nous rappeler les vrais valeurs de la démocratie et d’une campagne présidentielle réussie :


 Pour conclure, je vous invite à lire un très bon article de Korben sur le futur de la loi hadopi et son niveau sans limites de crétinisme

Bonne semaine à tout le monde !!

 

 

Share Button

L’Edito du Lundi

C’est Lundi, c’est L’édito

Bon j’espère que tout va bien pour vous. Normalement vous devriez être heureux avec ce beau temps qui continue à perdurer. Statistiquement, on a calculé que les sujets météo s’invitent dans 78.6% des discussions. Donc je suis quelque part obligé.

Pour ma part, je n’ai pas fait grand chose :

– J’ai vu un renard traverser la route devant moi, ce qui m’a à la fois ravi tellement c’est rare de voir cet animal. Ca m’a fait flipper à l’idée qu’il se fasse écraser par une voiture la prochaine fois que l’envie lui vient de traverser.

– Je me suis lancé dans la construction de gites ruraux pour oiseaux en mal d’affection et de logement : mais comme il ne fait pas vraiment froid, mes petites cabanes sont pour l’instant boudées.

j’ai continué mes recherches Google insight.
Allez encore un mystère bonus. pourquoi ce pic dans la recherche du mot cassoulet en novembre 2008 🙂



 

L’actualité reste morose : crise, dette, valse des gouvernements remplacés un par un par des rigolos de première. Nous avons droit au fait divers qui monte en flèche et qui se règlera dans l’émotionnel : je parle du viol et l’assassinat d’une fille de 13 ans par un mineur récidiviste de 17 ans. Je ne sais pas pourquoi mais voilà un sujet qui va emmerder certains bien pensants. On n’a pas de vieux pervers détraqué ici mais un adolescent dont l’avenir est bousillé depuis sa naissance. Tout semblait sans failles :suivi juridique, médical complet avec un projet de réinsertion.

Malheureusement, on ne peut lutter contre les statistiques et les probabilités qui feront qu’on aura toujours de meurtres, des viols et les pires déviance quelque soient les mesures prises pour les juguler. On pourra toujours avoir un Claude Guéant pour nous expliquer que la psychiatrie n’est pas une science exacte (comme l’intelligence de ces propos), tout revient encore à une question de moyens plus que de résultats. Peut-on décemment offrir au système les moyens de traiter et entourer les problèmes grandissants de maladies mentales. Doit-on cloisonner une population en dehors de notre civilisation pour le bien de tous?  On sait déjà que le principal foyer de développement des maladies psychiatriques reste la prison. Que faire de nos fous ? Comment juger des capacités de rédemption de l’individu jugé guéri?

C’est difficile de trouver des éléments de réponse pour parler objectivement de ce drame. Au final, on trouvera un bouc émissaire et le souvenir de ce sordide drame se diluera dans notre conscience jusqu’à être écrasé par le fait divers suivant.

 

 

 

Share Button

Edito du Lundi

C’est le lundi, c’est l’édito du Lundi. Bon d’accord, j’en ai jamais fait et ce n’est pas original. Bin je vous merde

N’empêche qu’on a eu droit à 3 jours de beau temps ce qui reste autant d’occasions de s’affaler sur le canapé. Faut juste un peu bouger quand le soleil tourne pour ne pas l’avoir dans la figure.

J’ai enfin fini de regarder Harry Potter : tout ça pour arriver à un dénouement tellement prévisible. On sent que l’auteur aurait bien voulu flinguer un de ses personnages tellement elle en avait marre aussi. Elle fut empêchée par la machine hollywoodienne. Je n’ai jamais lu les bouquins mais il faut bien se rendre compte que ces films perdent beaucoup d’intérêt si on se contente de ceux-ci.

Pour effacer le désastre de mes précédentes lectures, j’ai commencé « la cité de la fin des temps » de Greg Bear qui s’annonce des les premières pages plus prenant et original que son prédécesseur fadasse.

 

J’ai quand même mis les pieds dehors pour deux choses très exceptionnelles : étendre dans le potager l’énorme tas d’herbes coupées qui s’étaient accumulées. C’est étonnant de constater que l’herbe pourrit que dalle : 50 cm dessous, elle était encore intacte. Par contre, c’est gavé de vie là dedans. Par dessus tout, ça grouille d’araignées de toute forme et de toute taille. C’est fascinant combien cette forme de vie nous procure le plus de répugnance. J’avais lu pas mal d’analyses là dessus mais j’ai tout oublié; je crois que ça tenait au nombre de pattes : plus il y en a, moins on aime. Je pense que le côté « je m’épile rarement les pattes » et « j’aime le look gothique » joue pas mal aussi

J’ai commencé des activités pré-retraite : m’intéresser au cabane à oiseaux. Si je me rappelle bien, avec toutes les chutes de bois de mes précédents travaux, j’ai de quoi construire un lotissement entier pour volatiles. Je crains quand même pour ce futur quartier : des petits oiseaux bien de chez nous vont venir s’installer. Ca finira par s’embourgeoiser avec des rouges gorges qui chasseront les classes populaires de moineaux. Au final, cette population fera place à celle moins recommandable des tourterelles qui viendront tout squatter et saccager : augmentation de l’insécurité, Jean-Pierre Perdreau va en parler au journal et les corbeaux nazis font prendre le pouvoir!!! mais je m’égare…

Ce week-end, c’est aussi celle de la déliquescence des hommes politiques pervers polymorphes : Berlusconi écarté du pouvoir, DSK qui ressemble de plus en plus à un clodo. Que reste t-il de cette race triomphante et audacieuse d’hommes de pouvoir?  A la place, nous allons nous retrouver avec des têtes d’ampoule, premier de la classe. Mais à part un cours de récitation, on ne fait plus grand chose à l’école de la république.

Et pour finir j’ai été ravi d’apprendre que j’avais pourri le Week-end de certains collègies qui ont eut « la tristitude » dans la tête pendant 3 jours. Ca change de « à la volette« . D’ailleurs je viens de découvrir avec stupéfaction le sens caché de cette chanson grâce à une étude de texte matinale : c’est une chanson qui dénonce en fait les dangers de l’onanisme. Il n’y a aucun doute là dessus si on analyse les couplets :

Mon petit oiseau
A pris sa volée
Mon petit oiseau
A pris sa volée
A pris sa, à la volette
A pris sa, à la volette
A pris sa volée

l’auteur parle spontanément de son érection aussi inattendue qu’involontaire et de son désir irépressible d’y mettre fin.

Est allé se mettre
Sur un oranger
Est allé se mettre
Sur un oranger
Sur un or, à la volette
Sur un or, à la volette
Sur un oranger

Il tente de s’épancher en fantasmant sur une image de femme (l’oranger, représentation symbolique de la féminité)

La branche était sèche
Elle s’est cassée
La branche était sèche
Elle s’est cassée
Elle s’est, à la volette
Elle s’est, à la volette
Elle s’est cassée

Une fois l’acte accompli, l’érection retombe ainsi que son désir

Mon petit oiseau
Où t’es-tu blessé ?
Mon petit oiseau
Où t’es-tu blessé ?
Où t’es-tu, à la volette
Où t’es-tu, à la volette
Où t’es-tu blessé ?

Me suis cassé l’aile
Et tordu le pied
Me suis cassé l’aile
Et tordu le pied
Et tordu, à la volette
Et tordu, à la volette
Et tordu le pied

Mon petit oiseau,
Veux-tu te soigner ?
Mon petit oiseau,
Veux-tu te soigner ?
Veux-tu te, à la volette
Veux-tu te, à la volette
Veux-tu te soigner ?

La culpabilité apparaît ainsi que le poids de la société contre cet acte considéré comme déviant. L’auteur s’auto-flagelle dans son désir d’en finir (cassé l’aile, tordre le pied) et voudrait se soigner, mais comment faire (« Mon petit oiseau,Veux-tu te soigner ? »)

Je veux me soigner
Et me marier
Je veux me soigner
Et me marier
Et me ma, à la volette
Et me ma, à la volette
Et me marier

Me marier bien vite
Sur un oranger
Me marier bien vite
Sur un oranger
Sur un or, à la volette
Sur un or, à la volette
Sur un oranger

Solution approuvée par la société et la religion : trouver femme (l’orange de retour) et se marier afin de l’honorer comme il se doit et faire des enfants : retour de la morale

 

Bonne semaine…

Share Button